Auberge de la Chapelle - Rue de la Chapelle - 67118 Geispolsheim       03 88 68 83 67

 Lundi et Mardi 12h/14h et Jeudi au Dimanche 12h/14h et 19h/21h30

Logo-Auberge-de-la-Chapelle-V3
  • Accueil
Logo-Auberge-de-la-Chapelle-V3

Pélerinage à la Chapelle

Souvenir d’un village disparu.

La chapelle Notre-Dame de Hattisheim est tout ce qui subsiste de l’un de ces villages

L’endroit ne manque ni de charme, ni de romantisme. Les plus courageux s’y rendront à pied, au départ de Geispolsheim-village, se baguenaudant à travers les trois kilomètres du paisible chemin forestier que les connaisseurs appellent « Bliedlottweg ».

En automobile, une route goudronnée, entre bois et pâturages, s’arrête devant notre restaurant l’Auberge de la Chapelle . À gauche d’une allée ombragée, se dresse une croix votive en grès des Vosges, datée de 1806. Du fossé et de l’enclos qui entouraient le chapelle de Hattisheim, ne subsistent plus qu’un petit pont et un porche surmonté d’une pietà en pierre.

Dans un des battants du portail, une plaque métallique perforée de caractères majuscules marque les premières lettres du Pater noster, moyen mnémotechnique de retenir le Notre Père en latin. Car la séduction bucolique du site ne devrait pas faire oublier aux promeneurs qu’ils se trouvent dans un lieu de pèlerinage et de recueillement. Un pèlerinage, lieu de détente et de recueillement.

Pater Noster et Ave Maria

La chapelle Notre-Dame de Hattisheim est tout ce qui subsiste de l’un de ces villages ou hameaux agricoles, aux alentours de l’actuel Geispolsheim, du nom de Strassheim, Kuhresheim ou Lutzelbruch, disparus au fil des guerres, notamment de celle de Trente ans (1618-1648). D’après la chronique rapportée par le curé Truttman, l’origine du sanctuaire remonte à l’année 1300 : « La Vierge Marie serait apparue à un jeune de Hattisheim qui gardait les chevaux dans les prés communaux. Le pâtre décida alors, par dévotion personnelle, de construire un modeste oratoire et y plaça une statue de la mère du Christ. » Détruite une première fois par les Armagnacs en 1445, la chapelle de Hattisheim fut reconstruite quatre ans plus tard. Ravagé par un incendie en février 1833, l’édifice fut rebâti aux frais des habitants de Geispolsheim et régulièrement entretenu et restauré au siècle dernier.

Un joyau artistique régional

Aujourd’hui, une équipe d’une quinzaine de bénévoles assure l’ouverture et la fermeture des lieux, tous les jours, du 1er avril au 31 octobre.

Le chapelet y est récité, les dimanches, à 14 heures. À l’extérieur, un oratoire récent, flanqué d’un crucifix de 1750, permet d’accueillir de nombreux pèlerins venant assister à une messe en plein air, célébrée les lundis de Pentecôte et les 15 août.

L’intérieur de la chapelle, relativement sobre, comporte une tribune et des bancs d’église en bois. Joyaux du patrimoine artistique régional, la statue de Notre-Dame des Sept-Douleurs, en tilleul polychrome, trône au-dessus du maître-autel, objet de vénération pour nombre de fidèles...

La promenade peut se prolonger dans les forêts et prairies alentour où paissent moutons et poneys.

••••• Restons en Contact •••••

Suivez notre actualité